vendredi 12 janvier 2018

Un diamant n'est pas pour tous...

Ce matin, j'ai lu le passage de Luc dans lequel l'homme juste Syméon, tenant Jésus dans ses bras, dit à Marie que son enfant sera aussi un « signe de contradiction » (Lc. 2,34).
Cette expression constitue l'annonce prophétique de l'un des « rôles » de Christ : Le rencontrer signifie en effet se trouver devant la Lumière divine qui révèle les ombres de chaque incohérence humaine.
Dans le chapitre qui précède ce passage, Luc parle d'abord de Zacharie, le prêtre chargé du service dans le Temple qui fut rendu muet pour n'avoir pas cru à l'Ange du Seigneur (Lc.1,5-25) et puis... tout de suite après avoir raconté cette réaction d’incrédulité de la part d'un représentant de la hiérarchie religieuse « officielle »... l’évangéliste narre le célèbre épisode de l'Annonciation (Lc 1,26-38) dans lequel Marie, une femme du peuple, répond à l'Ange du Seigneur avec la plénitude de sa foi.
Voilà alors que ces pages de l'Évangile amènent justement à saisir l'une des significations fondamentales de l'expression « signe de contradiction » prononcée prophétiquement par Syméon devant Marie :
Le Christ apporte aussi à la lumière les « ombres » de la tradition religieuse, c'est-à-dire qu'Il met en évidence tout ce qui est en contradiction par rapport à la Vérité de son Amour divin.

Au cours de ma vie, j'ai commencé à expérimenter ce signe dont parle l'Évangile de Luc quand... après avoir pris la voie spirituelle d'Anima Universale... je me suis retrouvé à devoir « ramer à contre-courant » soit par rapport aux incohérences humaines de mon égoïste manière d’être, soit par rapport à la tradition catholique dans laquelle j'avais grandi.
Aujourd'hui... me rappelant le moment où j'ai amené le christique « signe de contradiction » au centre de mon existence... je célèbre avec joie le 21ème anniversaire de ma consécration sacerdotale.
Gloire au Seigneur, alléluia, alléluia, alléluia !

« Un diamant n'est pas pour tous...
moi non plus. 
Je n'appartiens qu'à 
celui qui peut se permettre le luxe d'aller contre le vent.»
       (Swami Roberto)